Orphique

Essentiellement connu pour ses performances à caractère théâtral dans des environnements extérieurs, la Compagnie Mobile Home «sort de la rue» pour investir une «salle d’exposition» avec son projet Orphique. Procédant de l’art performatif, de la vidéo et de l’installation, cette exposition-événement hybride propose une incursion dans l’univers baroque et délirant de cette formation ayant vu le jour en 1999. En effet, la Compagnie Mobile Home présente, en concomitance avec trois soirées de performances (les 24, 30 et 31 mai à 20h), une installation «muséographique» comprenant une série de photographies d’archive, de la vidéo, des costumes et des accessoires-témoins retraçant, à la manière d’un «making of», le fil d’une intrigue dramatique créée et mise en forme par le groupe dans une série de romans-photos d’esprit gore et déliquescent. Dans ce qui devient un commentaire ludique sur les lieux officiels de l’art, la  Compagnie Mobile Home aborde à travers cette installation les questions de représentation, de construction narrative et de création de mythes.

Digne des premières heures de gloire de John Waters et de son actrice fétiche Divine, la Compagnie Mobile Home affiche un penchant fatal pour le kitsch, le mauvais goût et l’humour cinglant. Cette formation s’appuie sur la culture populaire pour explorer les notions d’identité, de tabou et du pouvoir de la fiction. À la fois délicieuses et désirables et complètement inconvenantes et inacceptables, les scènes surréalistes peuplées de travestis, de bonnes fées et de créatures mi-humaines, mi-animales que nous livre le collectif dans les différentes manifestations de son travail, ont cet inéluctable effet de nous projeter dans un état d’inconfort situé entre le rire et l’indignation.

Photos de l'exposition



Photos des performances

Vidéos

Partenaires

Pour ce projet, La Compagnie Mobile Home a bénéficié du soutient du Conseil des Arts du Canada